À découvrir




Coatalem Jean-Luc

Breton, finistérien, Jean-Luc Coatalem est né en 1959. Dans le sillage d’un grand-père officier colonial, et d’un père militaire de carrière, il a connu, au gré des mutations familiales, une enfance en Polynésie et une adolescence à Madagascar, séjours qui lui ont donné le goût de l’ailleurs et l’ont marqué. Éditeur, reporter pour "Grands Reportages” et pour “Géo” depuis 1999, il a parcouru le globe à pied, à cheval, en ULM et en brise-glaces, de la Chine à l’Antarctique et du Brésil au Pakistan. Il a visité près de 80 pays. En tant qu’écrivain, il a publié des récits bourlingueurs comme Suite indochinoise (La Table Ronde, 1993, Le Dilettante, 2004, Petite Vermillon, 2008) et Mission au Paraguay (Grasset, 1996 & Petite Vermillon, 2009), ainsi que des romans ou des nouvelles situés dans des décors exotiques, comme Capitaine (Flammarion, 1991), Triste Sire (Le Dilettante, 1992 - réédition en 2012) Les Beaux Horizons (Le Dilettante, 1997) Zone tropicale (Le Dilettante, 1988), Fièvre jaune (Le Dilettante, 1989) ou “Le Fils du fakir” (Grasset, 1998 & LdP, 2001). Aux côtés de Nicolas Bouvier et de Alain Borer, il a été l’un des neuf signataires du Manifeste pour une littérature voyageuse, sous l’égide de Michel Le Bris, en 1992. Il s’est  fait connaître du grand public par son enquête passionnée sur Paul Gauguin, Je suis dans les mers du Sud (Grasset, 2001 & LdP, 2003), et par son ode à la géographie et à l’errance, La consolation des voyages (Grasset, 2004 & LdP, 2006). Parmi ses ouvrages récents, Il faut se quitter déjà (Grasset, 2008 & LdP, 2009), Le dernier roi d’Angkor (Grasset, 2010, LdP 2011), Le gouverneur d’Antipodia (Le Dilettante, à paraître en 2012). En parallèle, il a co-signé deux albums de bande-dessinée avec son complice Loustal (Casterman, 2002 et 2004). Distinctions : Bourse Cino del Duca 1998, Prix Amerigo-Vespucci 2001, Prix Tristan-Corbière 2001, Prix Bretagne 2001, Prix des Deux-Magots 2002.

En savoir +
Choron Professeur

Georges Bernier est né en septembre 1929 à Laneuville-aux-Bois en Argonne. Âgé de 11 ans, il assiste à la guerre de 1940, son père meurt et il se retrouve à la tête de sa famille qui est sans ressources. Il obtient son C.A.P. puis va travailler dans une fromagerie. Il quitte son village, parcourt la France en travaillant dans le bâtiment puis s'engage dans l'armée et se retrouve en Indochine. Retour en France au bout 28 mois, et se retrouve dans un hôpital de Vannes pour tuberculose. Alors qu'il n'est pas guéri, il quitte la Bretagne pour se retrouver à Paris où il devient chef des ventes du journal Zéro. Naissance de sa fille Michèle. Septembre 1960, lancement de Hara-Kiri avec Fred, Cavanna, Reiser et Topor, journal qui est vendu à la criée. En décembre, il apparaît dans les kiosques. L'équipe se complète avec Wolinski, Cabu et Gébé. Sur une idée de Delfeil de Ton, l'équipe d'Hara-Kiri lance Charlie Mensuel, un journal de bandes dessinées sur le modèle du journal italien Linus. Malheureusement, les ventes ne démarrent pas. Création d'un troisième journal, Hara-Kiri Hebdo, avec le retour de Cabu, Reiser et Gébé de Pilote. Nouvelle interdiction de Hara-Kiri Hebdo à la suite de la mort du général de Gaulle. Soutien unanime de la presse ce qui encourage le Professeur Choron à ressortir le journal sous un nouveau titre Charlie Hebdo, artifice qui pouvait lui valoir 5 ans de prison et la fin de toute édition. C'est tout le contraire qui se passe, les ventes sont relancées. L'engouement pour la bande dessinée donne naissance à de nouvelles revues de B.D. qui concurrencent Charlie Mensuel qui bat de l'aile. Il est vendu à Dargaud qui détient Pilote. Choron doit faire face à de nombreux procès qui coûtent chers et le navire recommence à prendre l'eau. Des contrôles fiscaux et l'Urssaf précipitent la mauvaise situation financière. Malgré tous les problèmes, de nouveaux journaux paraissent : La Gueule Ouverte, Mors-z-y l'oeil, Surprise, B.D l'hebdo de la B.D. De bagarres financières en bagarres judiciaires, le Professeur Choron jette l'éponge. Cette aventure se terminera avec la mémorable émission de télévision Droit de Réponse de Michel Polac, consacrée à Charlie Hebdo. Le Professeur Choron déposera le bilan en décembre 1985. En 1992, Charlie Hebdo repart. Le 10 janvier 2005, le Professeur Choron dépose cette fois pour de bon le bilan.

En savoir +