Catalogue Auteurs

# / A / B / C / D / E / F / G / H / I / J / K / L / M / N / O / P / Q / R / S / T / U / V / W / X / Y / Z


Auteurs commençant par la lettre : F


Feer François

Naturaliste mûr pointant dans une noble institution de la République, il écume les forêts les plus humides d’Afrique et d’Amérique, attiré par la singularité de leurs bestioles et la douceur du climat. Ayant très tôt renoncé à décrocher le prix Nobel, il se contente de chercher à faire sourire ses petits camarades par une approche empathique de la zoologie. Rentré chez lui à Paris pour soigner ses parasites et ses géraniums, il s’applique à être slammeur du dimanche, chauffeur de locomotive à vapeur, gabier dans la marine à voile ou plongeur autonome.

En savoir +
Fleischman Cyrille

Cyrille Fleischman est né à Paris en février 1941 – époque curieuse pour naître – d'une maman d'origine polonaise, plus tout à fait jeune, et d'un papa né, lui, en… 1886 à Paris IVe arrondissement. Tous deux, à des degrés différents, culturellement yiddishistes. Un père ancien sergent-major d'infanterie de la guerre 14-18, Croix de Guerre et  Médaille militaire, et, par ailleurs, homme profondément religieux, fondateur d'une petite synagogue du Marais dans l'arrière-cour de laquelle Cyrille a passé une grande partie de son enfance au lieu d'aller jouer au foot-ball comme tout le monde. Sans doute que cela l'a marqué (moins que I.B. Singer dans son monde askénaze à lui, mais un peu quand même). À part cela, le personnage Cyrille Fleischman est tout à fait normal et raisonnable, disent ses proches. Même si des bobos plus récents lui ont fait prendre une retraite professionnelle après quelques quarante deux ans au Barreau de Paris et quelques années parallèles à écrire des nouvelles pour tant de journaux et revues qu'il a parfois du mal à se souvenir même du titre de ses short stories comme on aurait dit peut-être aux  USA. Préférons l'appellation contes et nouvelles d'un Paris totalement atypique. Cyrille Fleischman est mort à Paris le 15 juillet 2010.   Le Marais a perdu son poète

En savoir +
Forton Jean

Jean Forton est né (en 1930), a vécu et est mort (en 1982) à Bordeaux. Après huit romans tous parus chez Gallimard, il cesse de publier en 1966 mais continue d’écrire. La vraie vie est ailleurs est le second roman inédit publié aux éditions Le Dilettante après L’Enfant roi en 1995.

En savoir +
Fraigneau André

André Fraigneau est né en 1905, il publie sa première nouvelle, Spectacles, à l'âge de vingt ans. En 1928, il est engagé par Grasset comme lecteur et mène en parallèle sa carrière d'écrivain. En 1950, il fait ses débuts à la Radiodiffusion française, où il travaille pendant trente-cinq ans en tant qu'auteur de dramatiques et producteur d'émissions littéraires et artistiques. Il meurt en 1991.

En savoir +
Frank Bernard

Frank, c'est le Sinatra de notre littérature française. L'élégance, le style, le velouté, le moelleux. C'est un chat perché sur le toit de la littérature française. Il miaule, donne des coups de pattes, griffe, ronronne. Anthony Palou, Madame Figaro, novembre 2006.

En savoir +
Freustié Jean

Né le 3 octobre 1914 à Libourne (Gironde), Jean Freustié, de son vrai nom Pierre Teurlay, est élevé dans une famille aisée dont le père est négociant en vin. Il suit des études de médecine à la Faculté de Médecine de Bordeaux puis d’Alger. D’abord interne aux Hôpitaux de Bordeaux (1936), il monte à Paris où il devient médecin du travail en 1950. Avec son premier roman, Ne délivrer que sur ordonnance (la Table ronde, 1952), il intègre le milieu des lettres. Il fréquente alors le café Procope, y croise Jacques Brenner et Claude Perdriel, mais aussi Françoise Sagan, Bernard Frank, Jean-Louis Curtis ou François Nourissier, Jacques Chardonne, Paul Morand, Cocteau ou Ionesco. Entré à France Observateur comme critique littéraire en 1961, il est consacré deux ans plus tard par le prix Roger-Nimier pour son roman La Passerelle (Grasset, 1963). Conservant son poste de critique littéraire au Nouvel Observateur (1964), il est aussi conseiller littéraire chez Denoël. Prix du roman de la société des gens de lettres en 1969, Prix Renaudot en 1970, il contribue l’année suivante au Dictionnaire des œuvres érotiques (Mercure de France, 1971). Il meurt en 1983.

En savoir +