Les cocottes, l’écriture ou la déchéance du papier