Catalogue

Livres

La Ville incertaine

PAROUTAUD J.-M.-A.

Genre : Roman
ISBN : 978-2-84263-012-6
Date de parution : 20/11/1997
Nombre de pages : 208
Couverture : Anne-Marie Adda
Prix : 15,09 €

Pour lire l'extrait PDF


Publié en 1950 par Robert Marin, La Ville incertaine est un livre maudit, écrit sous l’Occupation par un auteur inconnu, car malgré quelques critiques le livre passera inaperçu. Pourtant, dans un entretien, André Breton, déjà, invitait à sa lecture.

Résumé

"L'œuvre de Paroutaud est un de ces lieux écartés de la littérature où, dans une tonalité à la Buzzati ou à la Michaux, s'ouvrent les fentes du temps, dérape le réel. Ici, la ville de Paroutaud est illogique, mouvante, improbable ; Ranède y débarque un jour, comme ça, fugueur et fiévreux. La ville l'accueille, comme ça, l'air de rien. Et puis, lentement, tout dérive et il comprend. La ville n'a pas de sens, ou plutôt tous les sens, la ville change de sens comme de chemise, de règles et de lois comme de date au calendrier. Rien ne s'y conserve si ce n'est le perpétuel changement des règles à un jeu qui porte la mort en récompense. Et Ranède, de femmes en lieux, de codes en marches et contretemps, se fait lentement désorienter, malmener et broyer. Paroutaud fait le vide comme d'autres la fête, ne livre pas un récit à son lecteur mais livrerait bien plutôt son lecteur en pâture à un récit qui le gobe tout cru et l'annule avec minutie. Une machine à démonter le temps, une superbe table de désorientation."

Presse

Peu de romans ont su traiter aussi bien de l'absurdité de la condition humaine, et moins encore de cette façon originale, en gauchissant seulement quelques aspects de notre civilisation: la prolifération des règlements poussée ici jusqu'au vertige, la mécanisation abêtissante, l'utilisation sociale du spectacle avec ces effarants concours de saut dont Paroutaud ne nous épargne rien. La Ville incertaine n'a rien perdu de sa force cauchemardesque. 

Jacques Baudou, Le Monde des livres.


J.M.A. Paroutaud fut un écrivain marginalisé, auteur de l'ombre et du clair-obscur pour amateurs de textes rares. Il a écrit comme la mer traverse le sable des plages. Reste l'ombre des eaux comme sur un rayon de bibliothèque un livre de grande valeur pour bibliophile amoureux.
R.M., Le Journal de l'Ariège.

À mi-chemin du policier (il y a mort d'homme) et du fantastique, "La ville incertaine" est un récit insolite qui surprend, déconcerte et marque les limites de l'homme face à la société.
Gérard Paris, Le Mensuel littéraire et poétique.

Voilà en tout cas un roman, qui, près de cinquante ans après sa première publication, nous arrive sans la moindre ride. Un bel hommage à "l'écrivain inconnu", condamné à l'anonymat à perpétuité pour n'avoir pas su, de son vivant, que ce jour-là, il était interdit d'écrire...
Jacques Parneix, Le Populaire du Centre.