Catalogue

Livres

Psychologie du pingouin

et autres considérations scientifiques

BENCHLEY Robert

Genre : Humour / Traduction
ISBN : 978-2-84263-093-5
Date de parution : 04/11/2004
Nombre de pages : 128
Traduit de l'anglais (Etats-Unis)
Traducteur : Frédéric Brument
Couverture : Lewis Trondheim
Prix : 13,00 €

Pour lire l'extrait PDF


Quatorze récits aussi brillants que loufouques publiés avant-guerre par l'un des maîtres de l’humour décalé et absurde.

Résumé

On n’a jamais rendez-vous avec Benchley. C’est lui qui s’impose, avec cette éloquence imparable du monsieur courtois qui vous entreprend sur un banc pour vous déballer le secret de l’univers emballé sur ses genoux, dans de l’aluminium. Sa chaussure de claquettes se glisse dans l’embrasure de votre sérieux : pas moyen de refermer. À coups de chroniques euphorisantes, de billets gondolants et de paradoxes à triple détente publiés dans Vanity Fair, Life ou le New Yorker, le docteur Benchley (1889-1945) a dopé à l’absurde l’Amérique de l’entre-deux-guerres, sortant des lapins du toaster, inventant le poil à gratte-ciel ou le gag élastique. Le trousseau de proses drolatiques que publie Le Dilettante nous entretient, avec le sérieux urgent du gagman authentique, de la question animale. Sont débattues entre autres questions nodales : le psychisme du pingouin, la mouche Tsk-Tsk, de la fréquentation des Sargasses par les anguilles, le hoquet et la vitamine F. Précieux ensemble que clôt un Le saviez-vous ? d’anthologie où nous sont révélées moult vérités, entre autres que « les œufs de poule communs sont obtenus par hypnose ».
Benchley for President !

Presse

Quand j'ai aperçu dans une librairie cette Psychologie du pingouin que je ne connaissais pas, j'ai éprouvé la joie du collectionneur de timbres devant une vignette magyare, celle du chasseur de papillons devant un «Macareus grand portefaix». Eh bien, non, à plus de trente ans d'intervalle, Benchley tient ses promesses.
Geneviève Brisac, Le Monde 2, 18 décembre 2004.

Pour ceux qui me reprochent de travailler pour les happy fews (comme le Beyle grenoblois) sachez donc, tendres têtes de bois, que Benchley est un humoriste critique chroniqueur new-yorkais du début de l’autre siècle. Moins dans l’humour râteau dans le pif comme le Bergson à chapeau rond national et plus dans une chose anglo-saxonne : l’éprouvette du non-sens ou on pince sans rire en faisant rigoler les autres pincés… expérience concluante, Monsieur Benchley est un grand chercheur…
Philippe Louche, Benzinemag.net.