Catalogue

Livres

Mutinerie à bord

PERRET Jacques

Genre : Roman / Roman
ISBN : 978-2-84263-120-8
Date de parution : 06/02/2006
Nombre de pages : 256
Préface : Erik Orsenna
Couverture : © Musé national de la Marine, photo P. Dantec – Anonyme
Prix : 17,00 €

Pour lire l'extrait PDF


Parue en 1954, cette histoire authentique est racontée par un auteur au pied marin.


Pour accéder au fichier numérique

Résumé

Mutin, Jacques Perret l’est des pieds à l’âme. A la pointe de toutes les révoltes sacrées : contre l’ordre établi, la pensée aux plis repassés, l’ennui en terrine, les flatulents de tout poil et les poussifs de la vie. D’où son goût violent pour la marine à deux (avec son ami, l’illustrateur Collot) et les promenades à voile. D’où, croisement inévitable, cette Mutinerie à bord que Le Dilettante fait remonter de la cale, l’œil sec, la joue fraîche et les poings dans la poche. A l’histoire : nous sommes sous Badinguet (Napoléon le troisième) dont le règne se découvre une « grande pensée » en la personne de l’expédition du Mexique, louche magouille impérialo-financière qui devait faire de Maximilien d’Autriche l’empereur des Aztèques. Four retentissant. Un des aspects les plus sordides de l’opération fut le destin des zouaves dont les régiments fondirent là-bas comme beurre sur la poêle. Pour rendre moral aux troupes, on songe à leur faire porter une cargaison de rouge, du fin, du choisi. Et c’est tout l’affaire de notre roman. Le Fœderis Arca, capitaine Richebourg, appareille de Cette avec un équipage de trognes avides et gueules en pente pour porter, missionnaire de la grappe, la bonne bouteille aux Joyeux en souffrance. On prend la mer, plein de sa mission, mais le naturel s’invite à bord et les bouteilles se vident à cadence d’éperonnage. Vin bu, tout se finira à l’eau de mer (dans les soutes puis à la rame). Préface, verte de langue (et d’habit) d’Erik Orsenna.

Presse

Personnages loufoques croqués en deux phrases, style alerte et gouaille subtile, narration trépidante : Jacques Perret concocte là un livre malin au charme désuet. S'il se refuse à la parabole, il livre du moins un contre-exemple éloquent à l'apologie moderne de la révolte pour la révolte. Celle évoquée ici n'est que bêtise ivrogne, criminelle et suicidaire, et ses rouages s'avèrent parfaitement détaillés : une surchauffe d'instincts grégaires et sauvages.                           Romaric Sangars, Chronic'art, février 2006.

Un de nos futurs grands classiques.  Jean-Marie Barrault, Lire, juin 2006.

L'on navigue vers le drame avec un plaisir d'écriture rare, et l'infiinie richesse lexicale s'écoule comme la mer calme entre deux continents. Il y a dans ce livre une affriolante liberté, celle qu'offre le talent à son apogée.                      Hervé de Chalendard, L'Alsace.