Catalogue

Livres

Contrebande

carnets 2003-2005

BLANCHARD André

Genre : Journal
ISBN : 978-2-84263-133-8
Date de parution : 02/02/2007
Nombre de pages : 320
Couverture : Y5/P5
Prix : 20,00 €
Exemplaire du tirage de tête : Épuisé

Pour lire l'extrait PDF


 

Être soi envers et contre tout. Notre Léautaud du xxie siècle raconte ici ses lectures : une approche ludique et personnelle de Proust, Flaubert, Montaigne, entres autres.


Pour accéder au fichier numérique

Résumé

Lisant le Journal de Jacques Brenner, qui vient de paraître, je revois mes premiers pas vers la publication. C’est en effet Brenner, auquel j’avais envoyé le manuscrit d’Entre chien et loup au printemps 1988, qui, par téléphone, recadra mon affaire : « Si les Cahiers des saisons existaient toujours, je vous en prendrais des extraits avec joie. Cela pour vous dire que vos Carnets, c’est de la littérature à part. » Je compris « à part » comme tiré à part. J’avais bien compris. « Cela ne peut intéresser qu’un petit éditeur. » Et c’est ainsi que je bifurquai, que je me suis mis à compulser le Bottin, tombai sur ce nom, Le Dilettante, qui me plut, comme une flatterie envers mes penchants.
De l’eau a coulé sous les ponts depuis. Normal, c’est son job. Mais l’essentiel, c’est qu’il y ait un pont, celui qui conduit de minuscule éditeur à maison d’édition qui a du crédit sur la place, et celle de Paris, malgré les prêchi-prêcha des ultras qui adorent aller s’agenouiller outre-Atlantique, reste la meilleure du monde. L’autre, de pont, serait celui qui m’aura évité la noyade, et permis de relier mes trente ans à mes cinquante grâce à ces Carnets dont voici, en plus fournie, la dernière livraison.

André Blanchard

Presse

La vie, André Blanchard ne trouve pas ça spécialement excitant. Il préfère la pluie, le retrait, la solitude, et écrire ses carnets dans une langue à la syntaxe élégante, resserrée, faite de pirouettes, pour déjouer un implacable spleen.
Romaric Sangars, Chronic'art, mars 2007.

Ce qui fait la saveur et le prix de son livre André Blanchard le sait bien, c’est sa langue à lui : le Blanchard, cette voix un peu hors de mode et dans son monde, délicieuse de désuétude parfois, avec ces petits ressacs de phrases courtes qui interpellent façon mains en l’air.
Philippe Louche, Benzinemag.

André Blanchard a la politesse de ne pas sombrer dans le récit gâteux, l'autobiographie geignarde. Il se garde de raconter sa vie et compose plutôt des recueils de moraliste et de chroniqueur qui s'adonne à l'ironie et au trait d'esprit, de préférence à l'invective et à la fulmination. Il brode des aphorismes tranchants et ne se prive pas de rosser certains confrères.
Jean-Claude Raspiengeas, La Croix, mars 2007.

Sur lui-même, il s’épanche peu, sinon pour vanter la somme de renoncements qu’impose la littérature dès lors qu’on place la barre au sommet. De ses phrases, il souhaite
« qu’elles donnent du bonheur, fût-ce en hébergeant son contraire ». Qu’elles sonnent juste, si possible avec style. Il ne se contente pas de le souhaiter, il y laisserait sa peau !
Erwan Desplanques, Télérama, mars 2007.

C'est avec bonheur qu'on lit, aujourd'hui, le nouveau volume de ses carnets, qui couvrent les années 2003-2005. (...) Moraliste débonnaire au style implacable et à la verve sèche, Blanchard écrit que seules le quittent les phrases qui n'ont plus besoin de lui. Son lecteur, devenu son intime, se charge de les recueillir pour les conserver.
Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur, février 2007.

Il peut être ronchon , parfois légèrement réac, mais toujours subversif et saccageur. Chaque fois, c'est du plaisir comme un fortifiant. (...) Une écriture sans micro, il est d'autant plus urgent de tendre l'oreille...
André Rollin, Le Canard enchaîné, février 2007.

S'inscrivant dans la tradition des moralistes, le veilleur de Vesoul parle essentiellement de ses lectures -classiques ou contemporains. C'est à partir d'elles qu'il capte les signaux du monde, de la politique et de la société. (...)
André Blanchard a retrouvé, pour
Contrebande, Le Dilettante. Il risque de sortir du cercle des happy few. C'est le pire qu'on lui souhaite.
Jean-Maurice de Montrémy, Livres-Hebdo, janvier 2007.

La matière de
Contrebande irrigue une pensée à contre-courant, et des chroniques dont les sujets se faufilent dans les marges. Le trait d'esprit sûr, c'est avec ironie et allégresse que le mécréant balance les gifles, quand ce n'est pas "les coupes de cigüe qui se perdent". L'écrivain traque les flagrants délits de sottise, les comportements moches, les idées courtes, les "bavures du progrès". Et il est toujours inspiré, lorsque ses contemporains le sont moins.
Philippe Savary, Le Matricule des Anges, février 2007 (numéro consacré à André Blanchard.)

C'est, malgré les douleurs de l'âge, et le fond de l'air irrespirable, toujours aussi requinquant pour l'esprit et le coeur. Imaginez le meilleur de vos amis vous donnant de ses nouvelles, non par un de ces mails où le style s'efface, mais par une de ces lettres qu'on serre contre soi, imaginez qu'une âme soeur frappe à la porte... Eh bien, c'est cela Blanchard : le signe que la partie n'est pas terminée. Qu'attendez-vous pour le lire ? pour vous refaire une santé ?
Gérard Guégan, Sud-Ouest, février 2007.

André Blanchard a le sens de la phrase, et de l'humour, une certaine mélancolie en bandoulière. On le croit misanthrope, il parle surtout des autres. Cet artisan cisèle les formules, au couteau.
Michel Vagner, L'Est républicain, février 2007.

On commence par feuilleter, puis on se laisse prendre et on ne peut plus lâcher l’affaire. Parce qu’il y a aussi du Cioran chez l’ermite de Vesoul, dans les aphorismes, dans sa préhension de la mort ; du Léautaud aussi, du Green, du Blanchot, des mots simples qui s’imbriquent les uns aux autres et disent la vie, le quotidien, le temps, l’époque. De la mauvaise foi aussi. Parce qu’au final, que cherchons-nous dans les œuvres que nous lisons et relisons, si ce n’est des pistes qui donnent sens à notre existence ? Il y a de la clairvoyance, que seul permet le recul et le refus du tumulte.
Joseph Vebret, Verbatim & littératures.

Et voilà, je suis passé à côté d’André Blanchard comme d’une main qui aide à sauter les remous. En le découvrant aujourd’hui, j’augmente cependant mon trésor de joies. Car cet écrivain qui observe le monde en recourant à la littérature est l’auteur de sept volumes. Ouf ! Il m’en reste cinq à déguster (à tous les sens du verbe) et cette attente est mon régal.
Guy Darol, agitateur conseil.

Ce moraliste des temps modernes est un cynique souriant, un désabusé qui égratigne les morts et les vivants à la sauce Cioran (bien qu’il s’en défende), grattant quotidiennement le papier comme un Léautaud. Direct, caustique, hanté par la mort, parfois d’une mauvaise foi toute humaine mais surtout d’une liberté heureusement scandaleuse, on lui pardonne car il nous fait sourire et aimer les francs, ceux qui ont une vraie personnalité assumée, vénérée par un petit nombre et souvent conspuée.
Pascale Arguedas, Calou, l'ivre de lecture.

C’est ainsi que l’on est transporté d’aphorismes acérés en anecdotes légères, en passant par des considérations plus cyniques sur la société dont il fustige l’obscénité, puis renvoyé vers des sphères purement littéraires, où les fantômes de Montherlant et Jules Renard côtoient Cohen et Bernanos.
Arnault Destal, Boojum, l'animal littéraire.