Catalogue

Livres

Le Vingt-Septième Livre

NABE Marc-Édouard

Genre : Récit(s)
ISBN : 978-2-84263-168-0
Date de parution : 14/01/2009
Nombre de pages : 96
Couverture : L'Endurance prise dans les glaces, photo de Franck Hurley © Royal Geographical Society
Prix : 10,00 €

Pour lire l'extrait PDF

Résumé

La fameuse préface à la réédition en 2006 d'Au régal des vermines, ouvrage désormais épuisé.

Presse

Qui a assassiné Michel H.? C’est moi !
Entretien avec Fluctuat.net de Marc-Édouard Nabe - Sur Houellebecq - Octobre 2010

« La fameuse cour des grands, elle a une adresse : c’est notre 103, Michel. C’est chez nous ! » À ce numéro de la rue de la Convention, deux écrivains se sont fait face. Ils y sont nés à l’écriture et y ont connu leurs premières publications. Dans un des immeubles de la cour, celui qui en cette rentrée est unanimement proclamé « plus grand auteur français » pour son roman La Carte et le Territoire : Michel Houellebecq, alors poète. Dans l’autre, l’écrivain qui, plus tôt en 2010, a « anti-édité » son vingt-huitième livre, L’homme qui arrêta d’écrire : Marc-Édouard Nabe, Byzantin aujourd’hui ostracisé. Le hasard se montrait une nouvelle fois excellent romancier en rapprochant ainsi deux écrivains si différents – en apparence.
Abeline Majorel in La Revue littéraire n°49, 01/10/2010

Marc-Edouard Nabe court-circuite les libraires et les éditeurs. La fin de l'édition?
Marc-Edouard Nabe s’est longtemps saboté.

Emmanuelle de Boysson, Le blog-notes d'Emma 2B, 15/01/2010

C'est du Nabe pur jus : une réjouissante lamentation durant laquelle il explique comment son ancien ami et voisin Houellebecq a réussi en visant le plus petit dénominateur commun, là où lui-même a échoué en étant trop exigeant avec lui-même. Mince, et si c'était vrai?
Nicolas Ungemuth,
Le Figaro Magazine, 4 avril 2009

Nabe est lyrique, delteillien, l'atrabilaire devient aimant et sa manière, héritée d'Albert Paraz, est le grand art qui manque au temps, le souffle jovial dont l'édition nous prive.
Guy Darol, Le Magazine des livres, avril mai 2009

La lettre à Michel
Un constat amer est soulevé sous la plume de Nabe : Houellebecq a réussi quand lui a échoué. On préfère l'ennui, la neurasthénie, la condition déprimante de l'être à celui qui célèbre l'amour fou, la passion du jazz, la sexualité débridée, mais aussi quelques provocations calculées, nous sermonne l'auteur de Je suis mort.
Jean-Laurent Glémin, parutions.com, 30 janvier 2009

Mon voisin Houellebecq
Le destin de la littérature française de ce début de millénaire s'est-il joué autour du local à poubelles d'un anonyme immeuble du XVème arrondissement de Paris? Peut-être...
Jérôme Dupuis, L'Express, 29 janvier-4 février 2009

Le K Nabe
Nabe est, dans la littérature contemporaine, un cas. Il faudrait écrire un K, ce serait plus Kafkaïen.
Patrick Besson, Nice Matin, 25 janvier 2009

C'est le milieu des lettres qui hait les écrivains
Marc-Édouard Nabe interviewé par Sébastien Lapaque le 22 janvier 2009 sur figaro.fr

Marc-Édouard Nabe n'est pas mort

Quand Nabe se regarde dans le miroir du temps passé, il voit Houellebecq, c'est-à-dire une drôle d'image trafiquée donnant, avec exactitude, la température de l'heure : " Il y a celui qui a tellement l'air mort qu'on lui fait un triomphe de son vivant ; et celui qui est tellement vivant qu'on fait comme s'il était mort. "
Arnaud Le Guern, L'Opinion indépendante du Sud-Ouest, 23 janvier 2009

Nabe serait plutôt thérapeute, lui! Il tente par sa plume de réveiller les moutons un peu plus dociles chaque jour, mais il le fait avec humour le plus souvent, et dérision toujours : " J'ai eu tout faux, je n'ai rien compris ".
Viviane Le Ray, Le petit Niçois, 15-21 janvier 2009

Marc-Édouard Nabe est probablement le meilleur écrivain de sa génération. Tout le monde le pense, personne ne le dit....un vrai bombardier.
Anthony Palou, Service Littéraire, janvier 2009

Nabe réédité ou la revanche de Don Quichotte

Non, la bête n'est pas morte. Elle se terre ; des profondeurs abyssales d'une obscure caverne nous l'entendons mugir. Elle est là. Elle souffle! Peu semble s'en souvenir...
Contre la pensée unique.org, 27 novembre 2008, Ambroise