Catalogue

Livres

Autres directions

BLANCHARD André

Genre : Journal
ISBN : 978-2-84263-661-6
Date de parution : 02/02/2011
Nombre de pages : 224
Couverture : Y5/P5
Prix : 18,00 €
Exemplaire du tirage de tête : 72,00 €  
Pour obtenir le tirage de tête

Pour lire l'extrait PDF


Pour accéder au fichier numérique

Résumé

Avec Pèlerinages, son précédent livre publié au Dilettante, André Blanchard nous invitait à suivre, étape après étape, l’itinéraire prescrit de sa mémoire intime, lieux et livres, gens et tombes qui furent les siens, et qui perdurent en lui?: marcheur fidèle. Autres directions, ses carnets 2006-2008, le rend au hasard, à l’imprévu du quotidien?: l’espace est vierge, la route à faire et le présent une caisse où l’on chine d’une main fiévreuse, en espérance. Posté à la croisée des lignes, des jours, Blanchard ne couve pas ses distillations intérieures, mais reçoit et répercute. Cela sans bruit?: le seul événement, c’est l’application du regard. Trois années, donc, de sismographies intellectuelles, vibrées d’une plume rude et nette, où se détectent l’émoi des lectures (le Journal de Brenner, déjà une archive, ou la correspondance de Flaubert, à l’encre jamais sèche), le souvenir d’amis morts qui reviennent toquer à la vitre (Renaud Raphael) et de souffrances intimes traversées, d’ombres denses que les livres libèrent (Bernard Frank, Calaferte), de notations rosses (poses toc et expressions fausses), de soucis éditoriaux (chaque «?carnet?» publié dit l’histoire du précédent) et surtout de livres trouvés, couvés, scrutés, dorénavant là comme des chats adoptés, fidèles, disponibles, fructueux. En véritable égonoclaste, Blanchard va sans bruit, sans relâche, un chemin sans autre but que le chemin lui-même, sa plume en main comme une canne-épée. En route !

Presse

Dans le style ermite de province avec chats, mieux vaut lire André Blanchard, le Léautaud de Vesoul : au moins il est méchant.
Frédéric Beigbeder, Le Figaro Magazine, 27/06/2011

Ainsi, par passades assez irrégulières, André Blanchard croque tout ce qui lui tombe sous la plume. Sans frein ou retenue particulière, il égratigne ou encense qui ou que bon lui semble.
ActuaLitté, 22 mars 2011

Blanchard, l'homme aux 1515 lecteurs

André Blanchard qui vit heureux à Vesoul, a la liste presque complète de ses lecteurs fidèles. Ils sont peu nombreux mais font du bruit comme 1515 (ce n’est pas Marignan…) Il s’agit du tirage qu’annonce son éditeur, Le Dilettante, pour Autres directions, son nouveau livre (…) J’ai reçu et lu Autres directions, l’ai remercié, et il m’a remercié de mon remerciement (…) Chez Blanchard, il y a toujours du blé à picorer. Il a ses têtes (Cabanis, Calaferte, Frank, Brandys, Brenner), souvent mortes. Il s’occupe aussi de vivants (…) Néanmoins, c’est le passé qui l’inspire et la nostalgie d’une époque où, j’en ai eu l’occasion, on pouvait déjeuner avec Frank, s’indigner auprès de Calaferte, caresser le chien de Brenner, correspondre avec Cabanis.
Raphaël Sorin, Libération.fr, 7 mars 2011

A l'instar de ses précédents carnets,
Autres directions s'articule atour des saisons, suivant l'humeur du moment, au gré des lectures et des évènements. Les commentaires purement littéraires et les instants poétiques côtoient les attaques envers l'exhibitionnisme généralisé, les chantres du cosmopolitisme ou la rhétorique de l'art contemporain dont l'auteur, en première ligne, rapporte la débilité des supercheries avec une morgue amusée. 
Arnault Destal, Boojum, 7 mars 2011

Ce moraliste pessimiste a beaucoup d'humour (…) C'est un lecteur compulsif (…) Vous ne le prendrez jamais en flagrant délit d'hypocrisie. Il écrit toujours ce qu'il pense. Parfois , entre deux lectures, André Blanchard glisse des aphorismes qui lui ressemblent et de jolies pensées qui le définissent : " être dilettante, c'est être cigale. Nous écrivons quand ça nous chante. Suffit de n'avoir pas de rendez-vous avec la nécessité de vendre, et nous n'avons pas d'hiver.
Jérôme Garcin, La Provence, 20 février 2011

Il nous épate par sa liberté d'esprit et de ton, son indifférence totale aux modes et aux coteries parisiennes, son détachement vis-à-vis de l'argent et de toutes vanités. André Blanchard est un drôle de zèbre d'écrivain, un insoumis pur jus, qui vit de lecture et d'eau fraîche. Ou presque (…) Voilà donc plus de 30 ans que ce boulimique amoureux des textes couche dans ses carnets, avec parcimonie, ses notes de lectures ciselées, ses partis pris littéraires, ses agacements et ses emballements. Pour ce goulu, tout fait ventre (…) Bref, la fréquentation (à petites gorgées, parce qu'on voudrait en garder pour la route) de ce
singulier veilleur vous remet illico sur les rails de l'exigence. Rare.
Marie Chaudey, La Vie, 17/23 février 2011

Lire un nouveau tome des Carnets de Blanchard c’est renouveler une conversation avec un ami qui vous livre ses confidences (…) ll y a un côté poupée russe dans l’œuvre de Blanchard : on ouvre le meilleur d’une bibliothèque qui en contient mille autre (…) Diariste, Blanchard court après le temps qui passe (…) Avec l’ironie du critique amateur, que la seule jubilation rétribue, Blanchard constate avec une douce ironie, que l’heure de gloire qu’aime s’offrir une génération, c’est d’enterrer la précédente.
Frédéric Chef, Les Amis de l'Ardenne, février 2011

Qu'attendons-nous pour lui offrir un triomphe ? (…) André Blanchard est une sorte de voltigeur de pointe dont aucune troupe ne saurait se priver.
Gérard Guégan, Sud Ouest, 13 février 2011

D'une écriture précise, il réussit ce tour de force de joindre un style recherché à un autre, argotique (…) Un livre qui désarçonne mais dont chaque page pourrait être source d'étude tant les centres d'intérêt sont nombreux et développés unilatéralement.
Dany Venayre, Parutions.com, 9 février 2011

André Blanchard, "l'ange gardien" d'une galerie d'art de Vesoul, poursuit la publication de ses carnets
(…) dans Autres directions où l'on retrouve sa vivacité de plume, ses aphorismes, ses partis pris de lecteur, ses observations souvent futées de l'époque (…) le plus perspicace des diaristes de l'époque n'a jamais été aussi féroce.
Michel Vagner, L'Est Magazine, 6 février 2011

Dans la cible du tirailleur Blanchard
Nouvelle livrée d'André Blanchard avec Autres directions. Ca dézingue sec chez le Vésulien et ça fait du bien ! Ouvrez le ban de la zigouille littéraire !
Laurent Gentilhomme, L'Alsace, 4 fév 2011

À Vésoul, loin de la vie

Ce moraliste misanthrope publie le septième volume de ses carnets. Rencontre avec un oiseau rare qui se tient à l'écart de la vie littéraire (…)
Autres directions révèle également un écrivain plus attentif à l'actualité qu'il ne le montrait autrefois. À l'approche de ses soixante ans, André Blanchard affiche plus de colère et d'assurance.
Sébatien Lapaque, Le Figaro Littéraire, 3 février 2011.

L'admirable André Blanchard, fidèle à son écorce, publie un volume supplémentaire de son journal au Dilettante :
Autres directions. Je recopie, faisant mien : « C'est une coutume chez moi. Quand meurt un écrivain à qui va mon estime, songeant à la fin de Bergotte, à ce catafalque que dessinent ses livres "disposés" trois par trois, aux vitrines éclairées, je prends place dans l'hommage en le relisant.
Michel Crépu, La Revue des Deux Mondes, février 2011

T'as voulu voir Vesoul...et on a lu Blanchard

Le Blanchard est un écrivain bisontin devenu vésulien que les hasards de la vie ont élevé au rang de sentinelle (…) Il donne à sa double vigilance de sourcilleux et savoureux Carnets, publiés autrefois chez un éditeur franc-comtois de gastronomie, désormais au très chic et parisien Dilettante (…) Trop pudique pour nous encombrer de son marasme existentiel, ce moraliste nicotiné glisse, entre deux saillies, de noirs aveux qu'il habille d'aphorismes. 
Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur, 27 janv/2 février 2011

Lectures chinées
Prenant ces Autres directions, l'écrivain a toujours autant de raisons de désespérer de l'époque et des mœurs de ses contemporains. Heureusement, il y a les livres. Le sien, généreux, partageur, est plein de ceux des autres. Il donne de la voix en faisant le porte-voix (…) André Blanchard fait miel et fiel de tous les livres, nouveautés et vieilles éditions, auteurs oubliés ou encensés du moment. Dans ce journal vagabond, les lectures suivent le rythme des saisons. Ses admirations sont contagieuses, ses curiosités sans cloisonnement (…) Lire Blanchard pourrait être dépressif, c'est au contraire régénérant comme une rasade d'eau de source.
Véonique Rossignol, Livres Hebdo, vendredi 14 janvier 2011



Actualités
Michel Onfray fan d'André Banchard
Pour écouter Michel Onfray dire du bien d’André Blanchard dans ses cours de l’Université populaire au sujet de sa Contre-histoire de la philosophie, merci de suivre l’émission ayant pour titre “Les philosophes au service des dictatures” du 29 juillet 2014 (à partir de la minute 32 52 à la 34 “ 20)

Plus d'informations