Catalogue

Livres

Étrangers dans la ville

CIANTAR Maurice

Genre : Novella(s)
ISBN : 978-2-905344-75-5
Date de parution : 01/02/1994
Nombre de pages : 80
Couverture : Victor Sevilla
Prix : 9,91 €
Exemplaire du tirage de tête : Épuisé

Résumé

Tout allait bien. Perdu dans la mer de velours vert d'un tapis de jeu, Ciantar égrenait ses jetons ou édifiait des murets de plaques gagnées à la sueur de la roulette. Mais tout cesse, car le voilà amené à étayer d'un article le come-back d'une chanteuse d'opérette – Simone – de retour des States (Ciantar pige à Combat). C'est alors un pas de deux pour esseulée en mal d'épaule et caboteur érotique en veine d'amourachage durable. Rendez-vous est pris, au soir d'une première de Montand. Deuxième station : un déjeuner chez elle. Amour fait, risque pris, le beau Maurice se retrouve à marcher, seul, dans la nuit. – Postface de Jean-Paul Louis.

Presse

Pourquoi cette voix ne s'était-elle pas davantage faite entendre ? Normal : "Au jeu comme dans la vie, j'aime qu'on me laisse en paix", écrit Maurice Ciantar en introduisant Étrangers dans la ville, petit récit autobiographique, paru en 1958 dans Les Œuvres libres. Maurice Ciantar, journaliste (à Combat), est mort en 1990 et a laissé derrière lui un abîme d'oubli. Remercions Le Dilettante (et les éditions du Lérot) de cette (re)découverte. Chez ce dandy-boulevardier, pas de place pour le bavardage. Son imagination narrative se cantonne à la douceur de ses humeurs, à ses petits bouts de pensées qu'il égrène au fur et à mesure de son récit. Son récit ? Une rencontre avec une femme. Maurice découvre Simone. Deux égarés sur le même trottoir. Passion courtoise et coquine qui brûle le tête. "Il me semblait ne plus éprouver le même plaisir en ma compagnie". Arpenteur discret et caustique de son microcosme (le casino, le journalisme, la femme), Ciantar est un concertiste de l'existence en art mineur. Pour l'écouter, il faut tendre l'oreille.

Le Matricule des Anges n°006 Février, Avril 1994.