Catalogue

Livres

Les Hommes forts

MAGNANE Georges

Genre : Roman
ISBN : 9782842637996
Date de parution : 07/06/2014
Nombre de pages : 224
Préface : Thomas Bauer
Couverture : Le Dilettante
Prix : 18,00 €

Pour lire l'extrait PDF


Organisé autour des figures tragiques de Quercy, le modèle insurpassable, et de Tania, la muse pathétique, le roman de Magnane fait du sport l’élan émergé de drames intérieurs qui finissent toujours par craqueler le masque du héros

Résumé

Se détachant soudainement du peloton dense et opaque des méconnus littéraires, voici que Georges Magnane, roulant sous les couleurs de l’équipe Dilettante, amorce une belle échappée. Sera-t-il l’homme fort de cette étape ? On redécouvre là Les Hommes forts (Gallimard, 1942). Sans sucer la roue d’un pétainisme alors en cours, Magnane y réalise, à Marseille, Limoges ou Paris, au stade, sur un tapis de lutte ou l’aviron en main, une approche fervente et empathique de l’acte sportif : vertige de la mécanique corporelle, émulations athlétiques et goût du podium, ivresse de la victoire et dynamique du groupe. Mais ce qui fait la force romanesque de ces « hommes forts », c’est qu’ils ne le sont qu’apparemment. Organisé autour des figures tragiques de Quercy, le modèle insurpassable, et de Tania, la muse pathétique, le roman de Magnane fait du sport l’élan émergé de drames intérieurs qui finissent toujours par craqueler le masque du héros : « Tranquille, éternel et constant comme une allégorie, le masque affirmait : “Je suis Force Virile, Courage et Endurance.” Et il fallait se contenter de cette affirmation. Car si l’on cherchait au-delà, le doute s’éveillait... »

Presse

La force fragile

Avec “Les hommes forts”, Georges Magnane porte avec punch sa casaque de romancier. Le Dilettante a l’heureuse idée de rééditer ce livre paru en 1942. Loin des clichés “travail, famille, patrie” en cours à l’époque, il laisse subtilement entrevoir la vraie fragilité qui se masque derrière l’étoffe des héros. Georges Magnane prouve qu’il manie l’art romanesque aussi bien que les disciplines sportives dans lesquelles il excellait, que ce soit le judo, le cyclisme ou la boxe. Quand on sait que cet agrégé d’anglais, enseignant à Neuilly, a également été sociologue, du sport, bien sûr, dans le sillage de Friedmann, et traducteur d’Hemingway ou Capote, on mesure la force et la capacité d’endurance de cet athlète de l’esprit et du verbe, véritable caméléon aux multiples facettes et aux innombrables talents.

Accents, Mai 2014

 

voir également l'article de Denis Billamboz sur Benzine