Catalogue

Livres

De l’influence du lancer de minibar sur l’engagement humanitaire

SALBERT Marc

Genre : Roman
ISBN : 9782842638153
Date de parution : 07/01/2015
Nombre de pages : 288
Couverture : atelier Civard
Prix : 17,50 €
Exemplaire du tirage de tête : 70,00 €  
Pour obtenir le tirage de tête

Pour lire l'extrait PDF


Il est des coups de matraque qui débloquent les chakras, Arthur Berthier ne s'attendait pas à l'expérimenter en allant enquêter sur un campement de réfugiés. Le rock-critic en disgrâce va être propulsé à la Une de l'actualité avant de trouver l'amour au pied du Sacré-Coeur...


Pour accéder au fichier numérique

Résumé

C’était inéluctable. De même que le pointu poignard de Ravaillac devait rencontrer le royal poitrail d’Henri IV, la balle d’Oswald approcher le crâne de J.F.K., il était dans l’ordre des choses que la matraque d’un CRS entre en contact, square Clignancourt, par un petit matin venteux, lors d’une charge réprimant un campement de sans-papiers afghans, avec le front d’Arthur Berthier, héros de De l’influence du lancer de minibar sur l’engagement humanitaire, roman ébouriffé de Marc Salbert. De cet impact déterminant, comme la chute en cascade d’un rang de dominos, tout découle. Rock-critic dans un quotidien, muté aux faits de société pour raisons disciplinaires, voilà notre nightclubber électrique devenu martyr du journalisme de terrain. Flanqué de son ami Hassan, Marocain bien né et photographe dragueur, il se mue en icône politique, subit une IRM, retrouve l’admiration de sa fille, l’intérêt de son ex-femme, signe un contrat avec un éditeur flairant un bon coup et surtout, surtout, héberge Daoud, un SDF afghan qui lui mitonne des spécialités culinaires locales, et s’improvise son majordome. Salbert, de concerts en boîtes de nuit, de meetings bobos en rendez-vous d’affaires, talonne son héros, personnage sémillant et émouvant, roublard et amoureux, avec une jubilation certaine. Le pic du pinacle sera atteint lors de sa rencontre avec Marzia, la sœur de Daoud, une Vénus tout en cheveux, tout en jambes, tout en tout, avec laquelle il convolera, à l’ombre du Sacré-Cœur de Montmartre, pour une éternité d’amour aussi délectable qu’exemplaire. 

Presse

Une pochade drôle et tendre sur Arthur, critique rock qui héberge un clandestin. Instantané de notre époque. ÇA FAISAIT UN MOMENT qu’on n’avait pas ri autant. Ce petit roman dévale sa pente potache à 100 à l’heure sans un ralentissement, déployant un sens de la formule et de la métaphore particulièrement aiguisé pour capter ce truc insaisissable au possible : l’air du temps. Certes, l’humour potache fait très mauvais ménage avec la littérature qui, en grande dame hautaine, a besoin de se prendre au sérieux. Et pourtant, la plume de Marc Salbert démontre une capacité à stigmatiser notre modernité qui ne se croise pas tous les jours. Plutôt que de grands discours, quelques blagues raffnées parfois font aussi bien le job. Voilà donc Arthur, critique rock dans un quotidien, qui, parce que le minibar de sa chambre d’hôtel faisait un boucan infernal et par un enchaînement de faits pernicieux qui ne seront pas relatés ici, se retrouve muté aux « infos géné », et se prend un coup de matraque alors qu’il « couvre » l’évacuation musclée d’un campement de sans-papiers afghans square Clignancourt à Paris. Voilà notre obscur nightclubber transformé en martyr du journalisme de terrain, toujours accompagné de son pote et collègue Hassan, photographe et dragueur impénitent. On demande à Arthur d’écrire un bouquin, on lui demande aussi d’héberger Daoud, l’un des Afghans chassés par la police… Arthur est un pur rejeton de la société de consommation, incarnant une génération à la fois individualiste et passive, pour ne pas dire apathique. Autour de lui, une galerie de seconds rôles, fic, prof de lycée, éditeur, militant humanitaire, tous plutôt cyniques. Marc Salbert se moque des belles âmes de gauche dont l’altruisme proclamé se dégonfe face aux exigences concrètes de la réalité. Ainsi Arthur fait la tête quand il doit dépanner Daoud qu’il laisse d’ailleurs sans scrupules dormir par terre dans la cuisine… Daoud se révèle pourtant homme de ménage et cuisinier hors pair. Ce qui plonge un peu tardivement Arthur dans l’embarras quand débarque Marzia, la sœur de Daoud, médecin à Londres et belle à tomber. Salbert se fait plaisir en piétinant le cliché du pauvre immigré qui rase les murs. Ici, c’est l’irruption du Pachtoun qui sauve Arthur de sa médiocrité. Ce dernier tombe si follement amoureux de Marzia que toute sa vie en est transfgurée. L’amour, encore et toujours. Au passage, Salbert porte un regard plein de malice sur les différences culturelles, choisissant d’introduire une ironie tendre là où sévit en général l’esprit de sérieux. Mais avant tout, c’est ici la description dans ses multiples détails de notre environnement culturel et matériel qui se révèle très inspirée. Et puis l’amour du rock emporte tout, fabriquant un roman où tous les morceaux cultes qui ont scandé les trente dernières années se glissent entre les lignes, pour notre plus grand bonheur.
Isabelle Potel, AIR FRANCE MADAME, fév-mars 2015 



Le journalisme serait-il un sport de combat ? Pas sûr. Sauf lorsque, comme Arthur Berthier, on se retrouve nez à nez avec la matraque d’un CRS. Le critique musical est pourtant plus coutumier des noubas en boîte de nuit que des altercations avec les forces de l’ordre. Mais voilà que, à la suite d’une obscure histoire de minibar s’écrasant au petit matin sur le capot d’une voiture, il se trouve muté au service des informations générales. Premier dossier assigné au journaliste en guise de punition : le cas des sans-papiers afghans du square Clignancourt. Quelle mouche a bien pu piquer cet énième rassemblement de réfugiés ? Flanqué de ses éternelles Ray-Ban et de sa paire de Dr. Mar - tens, Berthier se rend sur les lieux pour enquêter. Au même moment, un bataillon de galonnés débarque pour déloger manu militari la bande de malheureux squatteurs. Et l’expulsion en douceur de virer à l’échauffourée. Berthier s’en sort avec un vilain coquard, mais sa présence suffit à déclencher un buzz pour le moins disproportionné… « Entre la vie et la mort pour avoir voulu témoigner ! » titrent les magazines télévisés, jetant aux oubliettes médiatiques le sort des pauvres Afghans… Tel est le coup d’envoi des hilarantes aventures de l’antihéros Berthier, rockeur invétéré et quarantenaire paumé. Personne ne sortira indemne de l’ébouriffant tourbillon de péripéties dans lequel, propulsé au rang d’icône politique, il se trouve malgré lui embarqué. Ni sa fille, adolescente ingrate et gâtée qui suppliera son demi-dieu de père, considéré la veille comme un raté, de venir témoigner devant les élèves de son lycée. Ni son ex-femme, hystérique à l’idée qu’il puisse dire du mal d’elle dans l’autobiographie très romancée qu’il fera bientôt publier. Ni même Daoud, l’attachant clandestin afghan hébergé de force dans son deux-pièces du XVIIIe arrondissement… Et encore moins Marc Salbert, l’auteur de ce roman à mourir de rire. Avec le mordant et la virtuosité comique d’un Francis Veber, il nous fait cadeau d’un jubilatoire pied de nez littéraire à la morosité. Merci pour ce moment !
Estelle Lenartowicz, LIRE, février 2015 

 

Ils en ont parlé...
Christophe Mangelle, MÉTRO, 5 février 2015  

Frédéric Taddei , EUROPE 1, Social Club, 13 janvier 2015 
Marc Salbert pétille, décrasse le paysage littéraire franchouillard et épingle à qui mieux mieux les travers de notre si vilaine société, Martine Laval, SINÉ MENSUEL, janvier 2015

"Bref, un ovni charmant et jubilatoire !" Thierry Boillot , L'ALSACE, 16 janvier 2015 - 

 "Quand par la force des choses un blouson noir retourne sa veste", Philibert Humm, PARIS-MATCH 8 au 14 janvier 2015

"Désopilant (…) rafraîchissant", Valérie Gans, MADAME FIGARO, 12 janvier 2015

"Une leçon de sérénité et d’optimisme" Denis Billamboz, BENZIMAG, 8 janvier 2015 - 

L'auteur talonne son héros avec une jubilation certaine" OUEST FRANCE, Hervé Bertho - 8 janvier 2015

"Décoiffant (…) Patch antidéprime hivernale", ELLE, 6 janvier 2015