Catalogue

Livres

Petits plats de résistance

PUJOL Pascale

Genre : Premier roman
ISBN : 9782842638276
Date de parution : 09/10/2015
Couverture : Yann Kebbi
Prix : 19,00 €
Exemplaire du tirage de tête : 76,00 €  
Pour obtenir le tirage de tête

Pour lire l'extrait PDF


Au cœur de Montmartre, une foule de personnages poursuivent des objectifs très personnels à coups de petites magouilles, de manipulations, d’esbroufe et d’une bonne dose de mauvaise foi… 

 

Pour suivre les Rencontres en librairie de l'Auteur


Pour accéder au fichier numérique

Résumé

Tout tient au ventre, chez l’homme, chacun le sait. Dis-moi ce que tu mitonnes je te dirai ce que tu mijotes, confie-moi ce que tu goûtes, je te dirai quoi tu guignes. C’est forte de pareilles maximes que Pascale Pujol nous convie à la dégustation de ses Petits plats de résistance, un premier roman à la carte en forme de comédie urbaine tressautante, de pochade érotique et de sociodrame papillaire où chaque chapitre est mis sous l’invocation d’un plat ou d’une denrée. Soit, en entrée, Sandrine Cordier, une Pôle-employée tant futée et ambitieuse qu’allante et dodue, nantie d’un Guillaume de mari dont le grand oeuvre est une arnaque aux kiosques de presse et deux enfants, une fillette surdouée du net et un ado mode et sous-tendu ; soit, en plat principal, le groupe Lacarrière résumé au patriarche patron de presse libéral, Marcel, à son rejeton, un baise dru jet-setteur et plutôt nigaud, et à son porte-flingue, Bricard is the name, finaud et haut en magouilles. Épice l’ensemble et agrémente l’assiette toute une garniture aux petits oignons : une internationale de cordons-bleus sans trop de papiers, Ferreira le voyeur, Benoliel l’agent immobilier, une flottille de drôlesses cascadantes et minaudantes et de ploucs grandioses dont, trônant parmi quelques mannequins d’un soir, l’opulente et vorace Annabelle Villemin-Dubreuil (ex Lamoul Véronique), ancienne de Langues O’ passée à la carte du tendre et au courrier du coeur. Tels sont les ingrédients de base de cette goûteuse potée romanesque où l’on savourera selon les bonheurs de la pêche : des secrets familiaux, une géographie poétique de la Goutte d’Or, un tribunal de commerce mué en ring de catch, une crépitante méditation sur la tectonique des classes et le choc des cultures et surtout, surtout, où l’auteur affirme un goût certain pour une vision papillaire des mots et gustative de la littérature. À table !

Presse

À Table

Sandrine voulait être cuisinière? Elle est Conseillère Pôle emploi dans le XVIIIe à Paris, et elle traque le "vainqueur d'étape dans le Tour de France du chomdu". Par exemple cet Antoine Lacuenta, altermondialiste super-diplômé logeant dans un foyer de travailleurs. Le soir, elle mitonne des petits plats à son mari, ex-rugbyman arnaquant les kiosques à journaux, sa fille surdouée, son fils féru de mode et sa belle-mère ancienne gloire de Pigalle. De son côté, Marcel, patron de presse flanqué d'un fils incapable et d'un bras droit magouilleur, se démène pour en pas faire faillite. Entre chantage aux secrets de famille et audience de tribunal de commerce virant au combat de boxe, ce roman choral joue avec les pires clichés et idées reçues pour mieux les ridiculiser. Avec un humour décapant, des personnages revigorants et un rythme débridé, Pascale Pujol inverse, elle, la courbe du chômage, règle le problème des immigrés clandestins et résout la crise de la presse. À faire lire de toute urgence à l'Élysée, donc.

Marie Rogatien, LE FIGARO MAGAZINE, 4 septembre 2015

 

Première de Cordier

Dans son avant-critique parue dans Livres Hebdo le 5 juin dernier, Jean-Claude Perrier écrit que "cette comédie sociale contemporaine, où il est question d’emploi, d’économie alternative, de diversité et de mixité, repose sur le principe de sketchs mettant en scène des personnages récurrents, avec leur lot de surprises, d’épisodes farfelus, voire invraisemblables. C’est drôle, intelligent, ça sonne juste, ça pourrait faire un film à la Dino Risi."

Pour lire l'avant-critique de Jean-Claude Perrier dans LIVRES HEBDO du 5 juin 2015, cliquez ICI 

 

ILS EN ONT PARLÉ...  


 
Valérie Expert & Lydie Zannini, "A livre ouvert" FRANCE INFO, 5 septembre 2015 

Un petit bijou de bonheur

Si vous cherchez quelque chose qui vous emmène ailleurs, vous divertisse, c'est ce livre qu'il vous faut. (…) 

Un premier roman très très bien. Allez-y, vous passerez un très bon moment. (Valérie Expert)

Un livre drôle et impertinent.

On a envie de bouger. On découvre Paris sous un autre jour. 

C'est un livre à lire obligatoirement en cette Rentrée pour nous faire du bien.

(Lydie Zannini, Libraire à Bourg-en-Bresse)

 

Clara Dupont-Monod,  L'Amuse Bouche "Toute première fois", FRANCE INTER, 21 août 2015
- " Ce premier roman tape dans l'estomac. C'est une comédie qui fait sautiller les personnages comme les champignons d'une fricassée. Il y a une employée de Pôle Emploi, son mari, un patron de presse, son fils un peu nigaud et d'autres. Et toute cette garniture entoure une intrigue savoureuse." (Clara Dupont-Monod). 

- Pascale Pujol se présente (6'12" à 7'30") puis parle de son 1er roman - Curseur 10’50’’ à 11'30" puis 19'00" à 22'00" & 36'40" à 38'30".


Ali Rebeihi, Ca va pas la tête ! - Spéciale dernière ! FRANCE INTER, 21 août 2015 (curseur à 33.15)
" Mohammed Assaoui, vous êtes un rebelle du Figaro, vous êtes le seul à avoir choisi un roman de la rentrée littéraire, et même un premier roman. : un roman qui vous met un joie. Et dont Livres Hebdo nous dit que c'est une comédie sociale contemporaine, qui pourrait faire un film à la Dino Risi." (Ali Rebeihi, France Inter)

 " Si Daniel Pennac et Anna Gavalda avait une fille, elle s'appellerait Pascale Pujol.

C'est vraiment une galerie de portraits.  Elle fait du bien dans le sens où elle décrit  subtilement ces petites historiettes.

Ce que j'ai beaucoup aimé ressemble à l'univers d'Anna Gavalda. (…) Dans la veine des livres qui font du bien, c'est une transformation. " Mohammed Assaoui, Le Figaro)

 " C'est un livre qui fait un bien fou parce qu'en même temps, c'est à la fois la transformation de quelqu'un et puis une façon de parler d'être gourmand avec l'idée que la gourmandise et la cuisine puissent faire évoluer l'âme !" (Christine Ferniot, Lire)

" Il y a surtout cette scène extraordinaire de la battle de cuisine entre un Africain et un Indien; ça c'est génial." (Delphine Péras, L'Express)


Jean-Noël Leblanc, LE JOURNAL DU CENTRE, 20 septembre 2015 - Un roman truculent, pimenté et roboratif !

Delphine Peras, L'EXPRESS STYLES, 16 septembre 2015 - Voici un premier roman goûtu, qui fait mijoter ensemble une responsable de Pôle emploi, un magnat de la presse, des sans-le-sou pas sans imagination. Bon point pour la trouvaille des « battles » culinaires.
Renée Mourgues, L'ÉCLAIR/LA RÉPUBLIQUE DES PYRÉNÉES, 11 septembre 2015 - Une bonne dose d’humouret d’insolite,une larme de social, une pincée de mixité ethnique...une prose légère et revigorante 

Corinne Abjean, LE TÉLÉGRAMME, 6 septembre 2015 - Haut en couleur, riche en saveurs, ce premier roman se dévore avec une certaine jubilation

Marie-Paule Caire, PARUTIONS.COM, 26 août 2015 - Une histoire rocambolesque et fort drôle, à l’issue de laquelle chacun trouvera sa juste place.

Claire Lajonchère, SMALLTHINGS, 26 août 2015 - Pour un premier roman, c’est original, et la plume de Pujol est étonnamment bien affûtée. Le style de Petits plats de résistance est fluide, les personnages fouillés.

Denis Billamboz, BENZINMAG, 26 août 2015 - J’ai bien ri, le style alerte, vif, enjoué de l’auteure valorise les images inventives et colorées, les raccourcis fulgurants, les formules lapidaires. 

Jennifer LesieurMETRONEWS, 24 août 2015 - De quoi mettre en appétit, que l'on apprécie le sucré-salé, l'acide et l'amer. 

Hervé Berto, OUEST FRANCE, 19 août 2015 - Littérature à l'estomac La gourmandise lie les destins dans une sorte d'internationale romanesque. 

Émile Cougut, WUKALI, 2 août 2015  - Pascale Pujol a trouvé une héroïne et ses acolytes, attachants, proches non de nous, mais de comme nous voudrions être.