Catalogue

Livres

Sympa

Voyages au pays gentil

SCHIFRES Alain

Genre : Chroniques
ISBN : 9782842638733
Date de parution : 06/06/2016
Nombre de pages : 176
Couverture : Camille Cazaubon
Prix : 17,00 €
Exemplaire du tirage de tête : 68,00 €  
Pour obtenir le tirage de tête

Pour lire l'extrait PDF


Plus les temps sont durs, plus les gens sont mous. 


Pour accéder au fichier numérique

Résumé

C’est ainsi : plus les temps sont durs, plus les gens sont mous, plus les ombres s’allongent, plus ils s’encocoonent contents, se lovant sous la couette lavable de leur prêt-à-penser nigaud, n’offrant guère au talon d’airain de la violence généralisée qu’une consistance mollassonne qu’agrémente un sourire bonasse de réglisse éventée, des mirettes de cockers neurasthéniques et surtout, le pire du pire, une dévotion pour le « sympatoche », un goût du cool, de l’équitable, de l’écoute Bisounours qui donne la nausée. C’est pourquoi, avalant quatre à quatre les marches de la tribune et s’emparant du micro comme de l’épée de Condé, Alain Schifres (dont on sait l’application virtuose à crier haro sur les poncifs) dénonce, au fil de Sympa, le devenir chamallow de la conscience occidentale et décrète la Saint-Valentin du cliché, la Saint-Barthélemy de la neuneuserie béate et l’éradication du poutou. Tout y passe : le goût du calinou, la coolitude organisée, les marronniers de l’info et la sacro-sainte mamie, le culte du « c’est mieux sans » qui promeut la voiture sans conducteur et la Terre sans hommes, la dictature des « cellules d’écoute psychologique » et l’omniprésence du « Rien ne sera plus comme avant » faisant du petit bois des « quadras » avenants et des « mousquetaires » d’un jour, pilonnant sans trêve les « santons du sympa » regroupés dans la crèche à ravir de la niaiserie commune. Pour une France sans sucrette ni additif de synthèse, votez Schifres ! (et surtout lisez Sympa).

Presse

Ce répertoire d'irritations quotidiennes n'épargne rien ni personne et surtout pas les poncifs ni ceux qui en (ab)usent. (...) Schifres est un acupuncteur de l'ordinaire qui pointe avec un humour caustique et délicieux les travers de notre société, piquant là où ça fait mal à notre ego.

Clotilde Gaillard, TimeOut, 10-08-2016

 

Alain Shifres vendeur de mèche  
C'est un petit livre qui nous donne le vire-vire, autrement dit le vertige, lequel est à l'homme ce que le tournis est au mouton. Ou si l'on préfère, c'est un petit livre qui nous ébouriffe, nous décoiffe et si nous n'avon plus de cheveux, nous fait reluire le cuir que nous ne qualifierons pas, selon un vieux cliché, de chevelu. Justement, Alain Schifres qui est un type sympa, a entrepris de nous débarrasser des clichés, des poncifs qui nous encombrent la tête, chauve ou pas. Ce garçon a un bon fond. Il veut se rendre utile. Il a d'ailleurs intitulé son nouvel opus : Sympa. Sympathique, non ? (…) Au fond, Alain Schifres, tantôt moqueur tantôt insolent, nous habille pour l'hiver et nous déshabille pour l'été. 
Bernard Pivot, LE JDD, 19 juin 2016 


La langue myope

Eric Chevillard, LE MONDE, 6 mai 2016


ticS et tOc !

Les moins de 20 ans peuvent ne pas connaître la plume d'Alain Schifres. Jour­na­liste, au­teur de ro­mans et d'es­sais poi­lants, voilà plus de qua­rante ans que ce so­cio­logue im­per­ti­nent se moque de ses contem­po­rains. S'il s'était fait dis­cret ces der­niers temps, c'est qu'il s'était at­ta­qué à une œuvre de longue ha­leine : tra­quer le « sympa », cette chose molle qui sévit par­tout. Au­jour­d'hui, tout doit être sympa : la fête des voi­sins, les coachs en dé­ve­lop­pe­ment per­son­nel, les spec­tacles de rue, les ron­deurs d'une fille, les écra­sés de lé­gumes ou­bliés. Mais si Alain Schifres ri­cane sec, il évite pour­tant la scie du « c'était mieux avant ». Ce n'était pas mieux, c'était pa­reil : on fait tou­jours la queue de­vant les ba­raques à frites, oups, les food trucks, les hommes po­li­tiques sont tou­jours dé­crits comme des « grands fauves », même quand ils res­semblent à des ger­billes. En ces temps où le « vivre en­semble » est d'une « ac­tua­lité brû­lante », et puisque le « faire so­ciété » passe par la gen­tillesse, cher Alain Schifres, c'est drô­le­ment SYMPA de vous re­trou­ver !
Alix Girod de L'Ain, ELLE, 15 avril 2016


Schifres a des lettres. Il a aussi des hu­meurs. Chez lui, les pre­mières rendent tou­jours dé­lec­tables les se­condes. Un quart de siècle après « les Pa­ri­siens » et vingt ans après « les Hexa­gons », Alain Schifres, dont l'hu­mour em­prunte à Da­ni­nos et l'atra­bile à Léau­taud, s'en prend à la France et aux Fran­çais dans un livre dont le titre est une par­faite an­ti­phrase : « Sympa »(Di­let­tante, 17 euros). La gen­tillesse en effet l'in­sup­porte. L'em­pa­thie l'exas­père. Il trouve à notre époque la flac­ci­dité d'un bret­zel mou ou d'un bal­lon flapi. Il s'étonne que les temps soient si durs et les gens, si gnan­gnans. Il se plaint qu'on ne dise plus les choses : dé­sor­mais, « on les sou­rit ». Dans cet af­frio­lant re­cueil de contra­rié­tés, il se moque de la Fête des Voi­sins et de son par­tage de quiches, des ONG (les « épou­sailles sym­pas de la grande cause et du petit bou­lot »), des ravis de la crèche qui ont des gestes éco­los, le goût de l'équi­table et la pas­sion d'Ar­thus-Ber­trand, des grand-mères idéa­li­sées par la pub, de la ty­ran­nie du « cool », de la pro­li­fé­ra­tion des coachs, de l'in­va­sion des « li­keurs », des men­songes com­mer­ciaux (enfin, quel­qu'un dé­montre que les op­tions sont obli­ga­toires, car « une voi­ture sans op­tions a tout juste un vo­lant »), des oxy­mores hy­po­crites (la courbe du chô­mage, et pour­quoi pas le galbé d'un drame ?), du tout-info (com­pre­nez : « l'ac­tua­lité de rou­tine »), et même du bouche-à-oreille. Ce fa­meux bouche-à-oreille qui fait d'un livre un suc­cès, en lui épar­gnant l'ex­tré­mité du bouche-à-bouche, et que, sans craindre de pas­ser pour gen­til, on sou­haite à « Sympa ».

Jé­rôme Gar­cin, L'OBS, 14 avril 2016


Mort aux sympas ! 

(vaste programme)
« Plus les temps sont durs, plus les gens sont mous. » Un livre qui place une telle phrase sur son rabat de couverture mérite notre attention. Quand, de surcroît, il est signé Alain Schifres, le brillant auteur des Parisiens (1990), notre attention se mue en considération. Quand, en outre, il s’agit d’un pamphlet contre tout ce qui est « sympa », notre considération devient gratitude. Dans L’amour dure trois ans (pardon de tout ramener à moi), une nana disait à Marc Marronnier que son livre était « sympa ». Cela le mettait en furie. J’imagine la tête d’Alain Schifres quand une de ses lectrices lui dira que son livre est « trop sympa », ce qui ne manquera pas de se produire, la semaine prochaine, chez son boulanger. Soyons clairs : les gens qui trouvent qu’une oeuvre d’art est « sympa » devraient être exécutés séance tenante. Je suis contre le rétablissement de la peine de mort, mais en revanche je suis favorable à la peine de mot. D’ailleurs, Alain Schifres démontre avec fougue que « sympa » est beaucoup plus qu’un mot : c’est une idéologie, un totalitarisme, une apocalypse. Car il n’y a pas que les livres et les films qui en sont victimes : un restaurant peut être sympa, mais aussi un pays, un bébé, des chaussures ou une religion ! « Le Sympa, comme le Diable, est dans les détails. » M. Schifres les énumère : poncifs publicitaires, anglicismes « fashion », clichés culinaires, nouveaux rituels grotesques, bons sentiments sirupeux, nunucherie infantilisante : cette utopie du gentil est probablement à la source de tous les djihads. Face à une telle menace, il était temps de réagir. Sous ses dehors farceurs, le petit livre rose de M. Schifres réhabilite un sport national : le mauvais esprit. En ce domaine, il est orfèvre. « Un pays où les gens commencent des phrases par “j’ai envie de dire” est un pays craintif. » « Je rêve d’un objet sans charité. » « On ne tue plus du tout par méchanceté […] Le militaire se rapproche du secouriste. » Le mauvais esprit est en voie de disparition. Sympa de Schifres est peut-être l’une des dernières manifestations d’une forme d’ironie qui fut une tradition nationale, de Molière à Charlie Hebdo. Nous sommes en présence d’un manifeste littéraire, d’un ouvrage certes comique mais aussi engagé, qu’Alexandre Vialatte aurait adoré. En se moquant de notre stupidité, Alain Schifres nous donne envie de bomber le torse comme Athos, Porthos ou Aramis. « Palsambleu, pourrionsnous nous écrier comme un mousquetaire, non, je ne peux pas être sympa, puisque je suis Français ! » 

Frédéric Beigbeder, LE FIGARO MAGAZINE, 8/9 avril 2016

Un ensemble réjouissant où Alain Schifres se moque de notre époque molle 

Jean-Claude Perrier, Avant-critique LIVRES HEBDO, 18 mars 2016

 

ILS EN ONT ÉGALEMENT PARLÉ...  

 

 

CENTRE PRESSE - 2 juin 2016 - Dé­so­pi­lant. Tran­chant. C'est ainsi : plus les temps sont durs, plus les gens sont mous, plus les ombres s'al­longent, plus ils s'en­co­coonent contents, se lo­vant sous la couette la­vable de leur prêt-à-pen­ser ni­gaud, n'of­frant guère au talon d'ai­rain de la vio­lence gé­né­ra­li­sée qu'une consis­tance mol­las­sonne qu'agré­mente un sou­rire bo­nasse de ré­glisse éven­tée, des mi­rettes de co­ckers neu­ras­thé­niques et sur­tout, le pire du pire, une dé­vo­tion pour le « sym­pa­toche », un goût du cool, de l'équi­table, de l'écoute Bi­sou­nours qui donne la nau­sée. C'est pour­quoi, ava­lant quatre à quatre les marches de la tri­bune et s'em­pa­rant du micro comme de l'épée de Condé, Alain Schifres dé­nonce, au fil de Sympa, le de­ve­nir cha­mal­low de la conscience oc­ci­den­tale et dé­crète la Saint-Va­len­tin du cli­ché, la Saint-Bar­thé­lemy de la neu­neu­se­rie béate et l'éra­di­ca­tion du pou­tou. 


Claude Maine - OUEST FRANCE - 2 juin 21016 - Alain Schifres bouscule le « Sympa » Alain Schifres, tou­jours aussi drôle et pi­quant, s'at­taque à cet ad­jec­tif que l'on met à toutes les sauces.Le der­nier re­cueil de nou­velles d'Alain Schifres (photo) est une charge d'hu­mour pi­quant sur l'air de notre temps. Le jour­na­liste a choisi de s'at­te­ler au « sympa », cette chose qui res­semble à « un bret­zel mou ». Et de citer «les res­tos, cafés philo, ap­plis, le bébé qui fait sa nuit, le café gour­mand et mes nou­velles san­dales»,de­ve­nus si mi­gnons dans nos conver­sa­tions.Il dé­busque le « sympa » qui vit en couple avec le « cli­ché »… En­semble,ils tiennent éloi­gnée de nous la réa­lité vache. Et on ne parle plus du chô­mage mais de sa courbe car «le chô­mage, c'est Zola, la courbe, c'est l'Oda­lisque (la dame si vo­lup­tueuse, peinte par Ingres)». Schifres est juste quand, désa­busé, il nous ex­plique que «la vie de­meure quo­ti­dienne»À nous voir dans ses pages, nos exis­tences se piquent de son aci­dité. Ça ré­veille. 

 

 

Jean-Noël Leblanc, LE JOURNAL DU CENTRE, 23 avril 2016 - Alain Schifres dé­gomme de son iro­nie lé­gère tout ce que notre époque pré­tend « sympa » : la fête des voi­sins, les ri­tuels, Pou­pou, les bons sen­ti­ments, les pra­tiques éco­los De ce tic de lan­gage fré­quent au pays des Bi­sou­nours, on se soi­gnera par ces chro­niques fort drôles.


LE FIGARO - 
23/24 avril 2016 - Alain Schifres pré­sente comme un « voyage au pays gen­til », un livre in­ti­tulé Sympa, où il dé­nonce, avec hu­mour, les cli­chés de notre so­ciété. En rê­vant d'une France sans su­crettes. 


TÉLÉPRO
(BELGIQUE) - 21 avril 2016 - Une enquête drôle, incisive, moqueuse, intelligente...à distiller soir après soir pour cocooner sous la couette... 




Actualités
"Sympa" d'Alain Schifres à l'honneur dans l'émission "Les livres ont la parole" de Bernard Lehut sur RTL - 29 mai à 18h50
À RÉÉCOUTER ! SYMPA d'ALAIN SCHIFRES à l'honneur sur RTL dans "Les Livres ont la parole" de Bernard Lehut par Lydie Zannini (librairie du Théâtre de Bourg-en Bresse) dimanche 29 mai à 18h5 0 (curseur à 8:27) "Drôle, amusant, virtuosité dans l'écriture, ton caustique, bonheur, bonheur ! " L.Z.

Plus d'informations

"Sympa" d'Alain Schifres à l'honneur dans "Culture et découverte" sur EUROPE 1 par Pierre de Vilno
À RÉÉCOUTER ! SYMPA d'ALAIN SCHIFRES à l'honneur dans "Culture et découverte" par Pierre de Vilno sur EUROPE 1 le 19 mai 2016 - Pour écouter, cliquez ICI   

Plus d'informations

Alain Schifres dans l'émission "Un autre jour est possible"de Tewfik Hakem sur FRANCE CULTURE
A RÉÉCOUTER ! Alain SCHIFRES auteur de SYMPA, invite de Tewfik Hakem dans "Un autre jour est possible" sur FRANCE CULTURE - mardi 3 mai de 6h à 6h30 (curseur: 16:00)

Plus d'informations

"Sympa" d'Alain Schifres à l'honneur dans "Le Masque et la plume" sur France Inter
A REECOUTER ! Les chroniques SYMPA d'Alain SCHIFRES dans LE MASQUE ET LA PLUME de Jerome Garcin sur FRANCE INTER dimanche 27 mars - coup coeur de Michel Crepu (curseur: 52:12) Je vote pour une petite chose delicieuse M.C.

Plus d'informations