Catalogue

Livres

les étrangers

DELOME Didier

Genre : Roman / Roman
ISBN : 9782842639860
Date de parution : 21/08/2019
Nombre de pages : 256
Couverture : © Camille Cazaubon
Prix : 18,00 €
Exemplaire du tirage de tête : 72,00 €  
Pour obtenir le tirage de tête

Pour lire l'extrait PDF


Dans ce deuxième roman, Didier Delome raconte sa mère.

 

" Jamais nous n’aurions dû nous croiser ma mère et moi. Loulou a raison. J’aurais mieux fait de la fréquenter avant ma naissance. Peut-être aurais-je su ainsi l’apprécier à sa juste valeur, sans tous ces a priori détestables qu’ont forgés en moi nos six années de promiscuité forcée. Mais n’est-il pas un peu tard à mon âge pour réécrire notre histoire ? Malgré ma certitude que la littérature possède ce génie faramineux de cicatriser les plaies du passé et consoler de ce qui aurait pu être et n’a pas été. "


Pour accéder au fichier numérique

Résumé

Comme il nous l’a appris avec Jours de dèche, son premier livre paru au Dilettante, Didier Delome revient de loin, de bien loin, d’aussi loin que la faillite sociale, la dépression, la précarité quotidienne peuvent vous mener quand, Job réincarné, on a tout, même bien plus et que soudain on n’a plus rien, que tout autour de vous se dissout et se volatilise.
Un naufrage qui l’amène, dans ce deuxième roman, à se remémorer, à l’occasion d’un baptême familial, d’où il vient, tout simplement, mais sans pardon, à passer les siens en revue, à tracer une ligne rouge vif sous les colonnes gains et pertes pour apurer les comptes familiaux. D’où cette chronique au long cours, cet entrelacement de témoignages à chaud et à vif, zigzaguant entre les amertumes du passé et les médiocrités du présent. Et toute la parentèle et la fratrie d’être convoquées, avant tout sa si belle et si honnie maman « gouine », convoitée bec et ongles par le Tout-Gomorrhe, promise à une vieillesse atroce, à ses maîtresses jet-setteuses, Lucienne et Monique, Loulou de Montmartre, grand chambellan lyrique de la scène trave et des nuits gays, Trésorette et M. Limonade, roi du soda. Une parade sauvage que, enfant triste et brinquebalé puis adolescent aventureux et fugueur, il suit d’un oeil amer et vengeur. Une chronique incandescente des nuits parisiennes des années cinquante, soixante et soixante-dix.