Catalogue

Livres

Le Couloir

SIMON Sylvie

Genre : Roman
ISBN : 9782905344496
Date de parution : 05/11/1991
Nombre de pages : 144
Couverture : Catherine Ursin
Prix : 13,57 €
Exemplaire du tirage de tête : 45,00 €  
Pour obtenir le tirage de tête

Pour lire l'extrait PDF


Pour accéder au fichier numérique

Résumé

"Quatre voix qui, comme l'huile et l'eau, se superposent sans se fondre ; quatre voix tressant l'anxieux débit de leur monologue ; quatre voix presque blanches, lourdes d'angoisse. Quatre voix qui se mêlent : il y a la basse continue d'un verbe au grain épais ; deux timbres usés, absents, presque mécaniques ; et la voix de Mélanie – intermittente, faible, peu modelée. Que nous fredonne, à bouche fermée, cette petite chorale, éparse entre une chambre et un couloir d'hôpital ? À peine un drame, une anecdote, dans l'enfer feutré de ces petits brins de vie rectiligne. Quatre vies qui s'égouttent, d'où l'ennui perle comme d'un drap qui sèche."

Presse

En quelques monologues intérieurs, Sylvie Simon brosse l'histoire fragile d'une âme. Une âme pas si simple, et qui sert de révélateur aux trois hommes penchés sur son mystère…
D'une écriture claire, gracieusement pauvre, ce premier roman-là laisse percer un talent certain, une rare sensibilité, aux milles petites choses imprévisibles de la vie
.
Fabienne Pascaud, Télérama.

Sylvie Simon livre un premier roman décharné, laissant surgir le malheur terne sans sentimentalisme.
V.J., L'événement du jeudi.

Comment Sylvie Simon fait-elle pour rendre ces petits riens passionnants?
Jean-Michel Ulmann, Impact Médecin.

Sylvie Simon fait preuve dans ce premier roman d'un vrai talent pour rendre émouvante la petite musique de ces vies sans histoire, soudain bouleversées par une tentative de suicide.
Hélène Poizat, Le Pays Francomtois.

Un suspense psychologique et une construction étonnante pour ce roman très maîtrisé, qui met en scène trois hommes assis dans un couloir d'hôpital.
Prima.

Sinistre ou pas, "Le couloir" est un roman intéressant, dérangeant juste ce qu'il faut, qui se lit en moins de deux heures, sans interruption. À découvrir sans tarder.
Olga Bibiloni, Le Provençal.

Un court roman d'une écriture fine et tendue qui sonne toujours juste. (...) Et c'est comme un roman policier d'un nouveau genre, qui fait vibrer en nous les lointaines inquiétudes de l'attente. À lire absolument.
Textes et Marges.

Désespoir et tendresse, angoisse et élan vital se mêlent avec subtilité dans ce beau texte émouvant.
Philippe Lacoche, Le Courrier Picard.